Thèse soutenue

Rôle de glycosyltransférases du métabolisme secondaire au cours des interactions plantes-agents pathogènes chez Arabidopsis thaliana

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mathilde Langlois-Meurinne
Direction : Patrick Saindrenan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Résumé

FR  |  
EN

Les métabolites secondaires jouent des rôles importants dans les réponses de défense des plantes aux agents pathogènes. La conjugaison à un sucre est l'une des modifications les plus répandues qui contribuent à la grande diversité et à la réactivité de ces substances naturelles. Les réactions de glycosylation assurées par les glycosyltransférases (UGTs) sont impliquées dans des voies métaboliques, dans la régulation de signaux endogènes et dans le transport de métabolites. Chez Arabidopsis thaliana, les UGTs du métabolisme secondaire sont codées par 120 gènes, organisés en 14 groupes (A-N). Les UGTs du groupe D sont exprimées de manière différentielle au cours de la réaction d'hypersensibilité (HR) d'A. Thaliana à une souche avirulente de Pseudomonas syringae pv. Tomato et après traitement par des molécules de signalisation impliquées dans les réponses de défense. Au sein de ce groupe, nous avons identifié deux gènes d'intérêt, UGT73B3 et UGT73B5, fortement induits au cours de la HR et après traitement par l'acide salicylique et le peroxyde d'hydrogène. Les lignées d'insertion d'ADN-T, ugt73b3 et ugt73b5, présentent une perte de résistance à la souche avirulente de P. Syringae. Une approche de profilage métabolique a été développée pour identifier les substrats de ces deux enzymes in planta. Bien que la nature de ces substrats n'ait pas été identifiée, les résultats suggèrent que les mutants ugt73b3 et ugt73b5 sont affectés au niveau de composés pariétaux. La similarité de séquence d'UGT73B3 et UGT73B5 avec une UGT de tabac intervenant dans la gestion du burst oxydatif au cours de la HR, suggère une implication de ces deux UGTs dans le maintien de l'homéostasie redox cellulaire.