Thèse soutenue

La question de l’autre dans la sphère religieuse avec Søren Kierkegaard : de la différence quantitative à la différence qualitative

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Augustin Mutuale
Direction : Stéphane Douailler
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 8

Résumé

FR  |  
EN

Le parti pris de cette recherche se veut celui d’une assimilation de la question posée dans son titre à un chemin tiré de la différence quantitative vers la différence qualitative. Cette assimilation se double elle-même d’une réflexion sur Sören Kierkegaard qui aurait pour image celle de l’orgue accompagnant la prière. Ce dédoublement s’inscrit à son tour dans le cadre constitué par les grandes questions de l’éthique ainsi que dans celui que S. Kierkegaard leur découpe dans la moralité. La problématique de la recherche est celle de la dialectique de l’amour devant Dieu comme engagement décisif dans le concept du prochain pour une autre approche éthique de la rencontre de l’autre. Nous proposons l’hypothèse selon laquelle une véritable fraternité humaine doit se laisser instruire et éduquer par le religieux kierkegaardien. Nous avons référé l’argument de notre thèse, au contexte actuel de violences intégristes. Dans ce contexte, peu favorable à la foi ou au religieux, nous nous tournons en chestovien lecteur de Hegel et de Kierkegaard vers ce dernier au lieu de nous réfugier dans le confort de la raison du premier et ce pour entrer dans une compréhension subjective de l’existence développée dans sa topologie existentielle qui en enracinant l’éthique dans la sphère religieuse lui donne la puissance de vaincre le mal. Contre « l’exigence du temps », S. Kierkegaard prône le « devenir chrétien » comme moyen d’accomplir le but de l’existant en relation : l’amour du prochain. Ainsi, toute la recherche est-elle imprégnée de l’atmosphère de cette interrogation « Comment devient-on le prochain de l’autre ?»