Thèse soutenue

La co-infection VIH - hépatite B chronique : déterminants de la fibrose hépatique et impact des traitements antiviraux

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Karine Lacombe
Direction : Alain-Jacques Valleron
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Épidémiologie
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

De par l’utilisation à large échelle des nouvelles trithérapies antirétrovirales depuis 1996, la morbidité due à l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) a évolué vers l’émergence de nombreuses pathologies chroniques. Parmi celles-ci, la co-infection avec un virus hépatotrope (hépatites B, C et Delta) est fréquente, du fait de modes de transmission proches et du risque accru d’évolution vers la chronicité en contexte d’immunodépression. Première cause de maladie terminale du foie par hépatocarcinome dans le Monde, l’hépatite B chronique (VHB) concerne actuellement 10% des patients infectés par le VIH. Les déterminants de l’évolution complexe de cette pathologie, et en particulier de la fibrose hépatique dans le contexte du VIH, ont été peu étudiés, alors que les enjeux en termes de pronostic à long terme et de thérapeutique commune VIH-VHB sont importants. Nous nous sommes intéressés dans notre travail de recherche à l’étude de deux groupes de facteurs de risque de fibrose hépatique en raison de leur impact en termes de prise en charge clinique et thérapeutique des patients co-infectés VIH-VHB : les facteurs liés au VHB lui même et ceux liés aux comorbidités hépatiques associées. Considérant que l’amélioration des connaissances en matière de thérapeutique antiVHB était primordiale pour la maîtrise de la fibrose hépatique, nous nous sommes conjointement intéressés à l’évaluation du Ténofovir disoproxil fumarate, analogue nucléotidique de la transcriptase inverse présentant une double activité anti-VIH et anti-VHB. Nous avons ainsi montré l’importance du génotype du VHB comme facteur de fibrose hépatique, et en particulier du génotype G, fortement associé à un degré avancé de fibrose dans notre population. L’impact des co-morbidités hépatiques a ensuite été analysé à partir des co-infections avec d’autres virus hépatotropes tels que ceux des hépatites C (VHC) ou Delta (VHD). En présence d’une réplication active du virus de l’hépatite Delta, celles du VHC et du VHB semblent partiellement inhibées, mais la sévérité de la fibrose hépatique est déterminée par la présence de l’hépatite C même chez les patients conjointement infectés par le VHD. Enfin, nous avons étudié la dynamique de décroissance du VHB lors du traitement par Ténofovir disoproxil fumarate. Cette décroissance s’est révélée être biphasique et principalement influencée par la charge virale initiale du VHB. Le degré de fibrose hépatique et les caractéristiques virologiques des patients n’ont eu aucune conséquence clinique sur la réponse au traitement. Notre travail s’est ouvert sur des perspectives de recherches complémentaires qui nous permettront à terme de posséder assez d’éléments sur l’association entre fibrose hépatique et co-infection VIH-VHB pour proposer un modèle prédictif d’évolution de la co-infection VIH-VHB à l’ère des trithérapies antirétrovirales puissantes. Grâce aux données de qualité de vie et aux données médico-économiques recueillies prospectivement au cours du suivi de cohorte, ce modèle pourrait permettre de compléter les recommandations de prise en charge des patients co-infectés par le VIH et l’hépatite B chronique.