Thèse soutenue

La naissance du trait de ciseau : l’espace pictural restructuré : histoire de la sculpture sur bambou à l’époque des qīng

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mei-Yu Su
Direction : Flora Blanchon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR  |  
EN

Le bambou n’est pas considéré comme un matériau précieux. Cependant, il occupe un rôle symbolique, spirituel et moral dans la vie des Chinois depuis la dynastie des Jìn (265-420). L’art de la sculpture sur bambou se développe, vers le milieu de la dynastie des Míng (ca. 1500) dans la province du Jiāngsū, avec l’impulsion des lettrés qui s’intéressent à cet art. Ils transmettent aux artisans leur goût et leur concept esthétique, comme ils l’ont fait auparavant à travers les pièces en jade. Les objets artistiques en bambou, appréciés tant par la Cour que par les lettrés, deviennent ainsi une des créations les plus raffinées du XVIIIe siècle. C’est Jīn Yuányù 金元鈺, lettré des Qīng, qui dès 1807 parle des artistes-sculpteurs sur bambou de la ville de Jiādìng 嘉定, dans son Répertoire des artistes-sculpteurs sur bambou (Zhúrén lù, 竹人錄). Les artistes-sculpteurs ont réussi à transposer dans leur art les conceptions de la peinture, de la calligraphie et de la poésie en « maniant le ciseau comme le pinceau » (yòng dāo rú yòng bǐ, 用刀如用筆) et en traitant la peau du bambou comme le papier, donnant naissance à un art raffiné et élégant.