Thèse soutenue

La Vision de Tondale et ses versions françaises (XIIIe–XVe siècles) : avec une édition de deux traductions anonymes et des versions de Jean de Vignay, David Aubert, Regnaud le Queux

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mattia Cavagna
Direction : Jacqueline Cerquiglini-TouletAndrea Fassò
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature française médiévale
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 4 en cotutelle avec Université de Bologne

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail a pour objet la Vision de Tondale, écrite par un moine irlandais en 1149, reprise par Vincent de Beauvais dans son Speculum historiale (vers 1250) et traduite en français à dix reprises jusqu’à la fin du XVe siècle. L’analyse du texte latin, de sa genèse et de sa réception, montre la tension entre le respect d’une tradition littéraire bien enracinée, celle des voyages de l’âme dans l’au-delà, et les innovations insérées par l’auteur, comme la laïcisation du protagoniste et la dimension pénitentielle du voyage, innovations qui contribuent à expliquer le succès extraordinaire du récit. Après le XIIe siècle, la production visionnaire subit un arrêt presque définitif et la littérature eschatologique prend d’autres directions, notamment celle de la parodie et celle de l’allégorie. Pourtant, la Vision de Tondale ne cesse pas de circuler, tant dans ses versions latines que dans les traductions françaises, qui se prêtent à différents niveaux de lecture. D’une part, le texte s’inscrit dans des contextes religieux : celui de la prédication, en tant que récit exemplaire, et celui de la dévotion privée, en tant que support pour la méditation sur les peines d’Enfer. D’autre part, il s’offre à une réception esthétique et littéraire, où l’expérience de Tondale se trouve assimilée à une aventure chevaleresque transposée dans l’au-delà. Ce travail présente pour la première fois un classement et une étude de toutes les versions françaises du texte dont la plupart – sept versions sur dix – sont inédites et presque entièrement ignorées par la critique. Cinq de ces traductions sont éditées intégralement, les autres sont analysées sur la base de toute la tradition manuscrite.