Thèse soutenue

Une élite dans la France du XIXe siècle : les évêques concordataires face au modèle romain (1802-1906)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Séverine Blenner-Michel
Direction : Jean-Marie Mayeur
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire contemporaine
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail a pour objet d’étude de la figure sociale et religieuse de l’évêque du XIXe siècle et ses rapports au magistère romain. Il se rattache tant à l’histoire sociale, religieuse et politique de la France de cette époque, qu’à l’histoire des mentalités et à l’évolution du sentiment religieux dans la société du siècle dernier. Conférant au sujet son unité et autorisant une comparaison sur le long terme, la période concordataire (1802-1906) tient lieu de cadre chronologique. Un premier point s’attarde sur le dispositif législatif mis en place à partir de 1802 par l’État français sur la base du Concordat pour subvenir aux besoins matériels des prélats concordataires et leur permettre de s’imposer à la tête de leur diocèse, tout en occupant une place de premier rang parmi les notabilités et grands dignitaires publics. Un second volet consiste dans l’étude de la vie quotidienne des évêques, envisagés tant dans le cadre restreint de leur palais épiscopal, lieu de travail et d’intimité, que dans celui plus vaste de leur ville de résidence qui privilégie la représentation, et de leur diocèse où ils oeuvrent en pasteurs attentifs. Enfin, un dernier point s’attarde sur le processus de romanisation de l’épiscopat qui, pris dans une tradition gallicane encore vivace et l’appel de la papauté, finissent par s’incliner devant l’autorité romaine. Ce rapprochement de la tutelle ecclésiastique contribue à tenir les relations des membres de l’épiscopat et du gouvernement français et accélère la rupture de 1905.