Thèse soutenue

Géologie des formations néoprotérozoïques du Mayo Kebbi (Sud-Ouest du Tchad) : apport de la pétrologie et de la géochimie : implications sur la géodynamique au Panafricain

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-Claude Doumnang Mbaigane
Direction : Max Vidal
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la Terre et de l'univers
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Orléans

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Pour les formations néoprotérozoïques du sud-ouest Tchad, la question de la géodynamique reste entièrement posée. La région de Pala-Léré dans le Mayo-Kebbi est constituée de quatre ensembles lithostructuraux : 1°) la série volcano-sédimentaire de Zalbi 2°) les gabbros et diorites G1 3°) les tonalites G2 4°) les tonalites G3a, les granites et diorites G3b. Les données pétrographiques, géochimiques et géochronologiques ont contribué à la détermination du contexte géodynamique. La signature orogénique des laves correspond à celle des basaltes calco-alcalins de marge active. Les zircons des formations volcanosédimentaires de la série de Zalbi ont donné un âge de 777 Ma par la méthode SHRIMP. Le baromètre des amphiboles indique que les gabbros G1 datés de 730 Ma se sont mis en place à 5 kbars et les tonalites G2 (660 Ma) à 6-7 kbars. Les gabbros peuvent indiquer une activité magmatique de cette marge qui s’est poursuivie avec les tonalites. La composition des granitoïdes G3 indique une signature magmatique post orogénique. La lithostructure, la nature pétrographique, la signature géochimique des formations permettent de proposer un modèle d’évolution géodynamique de la région au Néoprotorézoïque. Les formations à talc sont les indices de l’existence des formations mafiques à ultramafiques transformées. La présence des granitoïdes à signature d’arc et des tonalites permettent de conclure que ces formations sont liées à une zone de subduction. Les formations panafricaines de Léré-Pala sont corrélées avec les formations des bassins néoprotérozoïques du nord Cameroun et sur le plan régional, un modèle de convergence des cratons du Congo, de l’Afrique de l’Ouest et Nilotique est proposé.