Thèse soutenue

Interagir en début de cours. Une professionnalisation du malentendu entre savoirs et langage

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dominique Broussal
Direction : Dominique Bucheton
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du langage
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Montpellier 3

Résumé

FR  |  
EN

Cette recherche avait pour objectif d’analyser les interactions langagières maître-élèves en début de cours, en les étudiant sous l’angle de l’activité des enseignants. Elle cherchait à identifier les caractéristiques spécifiques de ces situations d’ouverture, ainsi que les formes de conceptualisation développées par les acteurs. La recherche a été conduite en collaboration avec douze professeurs des écoles, stagiaires ou experts. Les résultats montrent que l’activité des enseignants en début de cours peut être caractérisée au moyen de cinq composantes : (a) mode de cadrage, (b) préoccupation atmosphérique, (c) préoccupation identitaire, (d) rapport du maître au savoir enseigné, (e) conceptualisation de l’intercompréhension. Les résultats mettent en évidence le rôle central que jouent le repérage et la qualification des épisodes de malentendu dans les situations de début de cours. La prise en compte de ces épisodes varie selon le niveau d’expertise des enseignants. Considérés par les novices comme des imprévus, des ratés de la communication, les malentendus sont reconnus par les enseignants expérimentés comme des caractéristiques attendues des phases de démarrage, des indicateurs associés à leurs choix d’intervention. Ce mode de traitement repose sur une conceptualisation des mécanismes d’intercompréhension, et du fonctionnement du langage en situation d’enseignement. Les analyses conduites apportent par ailleurs une contribution à la description du geste d’ajustement en début de cours. Elles précisent les modalités selon lesquelles l’agir langagier de l’enseignant réalise l’ajustement de l’intention didactique à la situation émergente, spécifique et dynamique de la classe.