Thèse soutenue

Etude des liens entre défauts de réplication et instabilité génomique chez la levure S. Cerevisiae

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gwennaëlle Versini
Direction : Philippe Pasero
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biochimie et biologie cellulaire
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Montpellier 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

La réplication de l’ADN s’effectue selon un programme temporel défini par l’activation successive d’origines de réplication précoces et tardives. Les fourches de réplication, qui progressent le long des chromosomes à partir de ces origines, sont des structures particulièrement instables, qui peuvent provoquer des cassures chromosomiques lorsqu’elles entrent en collision avec divers obstacles tels que des lésions de l’ADN ou des complexes protéiques. Afin d’assurer une duplication fidèle de son génome, la levure S. Cerevisiae met en œuvre de nombreux mécanismes de surveillance et de réparation. Au cours de ma thèse, je me suis particulièrement intéressée aux protéines de checkpoint Mrc1 et Tof1, à l’hélicase Sgs1 et enfin à la culline Rtt101. L’analyse de la fonction de ces protéines en présence d’agents génotoxiques nous a permis de mettre en évidence que Mrc1p est le véritable médiateur du checkpoint de phase S et que Mrc1p et Tof1p sont requises pour permettre le redémarrage de fourches de réplication bloquées. Nous avons également observé que l’arrêt des fourches aux sites naturels de pause est un processus actif, qui est régulé par Tof1p et qui dépend de Rtt101p ou Sgs1p pour assurer la stabilité du génome. Par la suite, nous avons mis en évidence que les défauts de réplication liés à l’absence de Sgs1p ou de Rtt101p et non détectés par les checkpoints de phase S provoquent un arrêt des cellules en anaphase précoce. Cet arrêt dépend du checkpoint qui détecte les dommages de l’ADN et nous proposons qu’il s’agisse d’un mécanisme général de contrôle des défauts de réplication