Thèse soutenue

Implications du BDNF (Brain-Derived Neurotrophic Factor) dans la régulation de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) chez le rat mâle adulte

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gaëlle Naert
Direction : Lucia Tapia-ArancibiaLaurent Givalois
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Neurosciences
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Montpellier 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le stress fait partie intégrante de la vie quotidienne et peut selon son intensité déclencher diverses pathologies dont la dépression. Le BDNF (Brain-Derived Neurotrophic Factor), une neurotrophine de la famille du NGF (Nerve Growth Factor), qui joue un rôle clé chez l’animal adulte dans la neuroprotection et la plasticité neuronale, est modifié dans ces deux situations. Nos résultats ont montré que, lors du stress de contention aigu ou chronique, le BDNF est modifié dans l’hippocampe, l’hypothalamus et l’hypophyse, confortant la participation du BDNF dans la régulation de l’activité de l’axe HPA. L’administration centrale de BDNF (icv) induit l’activation de cet axe en provoquant la libération et la synthèse de la CRH et/ou de l’AVP. L’inhibition partielle du BDNF (siARN) dans l’hippocampe et l’hypothalamus entraîne une réponse au stress de l’axe HPA inadaptée. Le stress induit également des modifications du BDNF dans le cortex frontal et l’amygdale, deux structures régulatrices de cet axe. Nos résultats montrent l’implication du BDNF dans la réponse au stress de l’axe HPA en agissant sur les différentes structures composant cet axe ou régulant son activité. Nous avons aussi validé notre modèle de stress chronique comme un modèle animal de dépression. Dans ce modèle, une hyperactivité de l’axe HPA et une augmentation des contenus centraux en BDNF ont été mises en évidence. Pour ces paramètres, la réponse à un nouveau stress chez ces animaux diffère de celle observée lors d’un stress aigu. Nous avons aussi montré que les neurostéroïdes, qui sont également impliqués dans le stress et la dépression, induisent une activation de l’axe HPA et, pour certains, des effets antidépresseurs. Ces différents effets sont accompagnés par des modifications du BDNF central et hypophysaire. Ces résultats étoffent les connaissances sur le rôle physiologique du BDNF dans la réponse au stress de l’axe HPA et ouvrent de nouvelles perspectives sur son éventuel rôle thérapeutique dans la dépression