Thèse soutenue

Douleur chronique : activité électrodermale et interoception

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Adeline Bonnet
Direction : Daniel Beaune
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Lille 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

La partie initiale de ce travail met en évidence des spécificités dans l'activité électrodermale (AED), indice du fonctionnement du système nerveux sympathique, chez des patients douloureux chroniques. Dans une première expérience, des enregistrements d'AED sont effectués en période de repos et en réponse à des sons non douloureux et non signifiants. Des patients douloureux chroniques non dépressifs ont une AED supérieure à celle de contrôles sains. Au regard de la fréquence des fluctuations spontanées (FS), les patients peuvent être qualifiés de labiles. Les douloureux dépressifs ne montrent pas cet effet. Une seconde expérience indique l'émission de FS est reliée à la survenue de pensées intenses. Cependant, si l'occurence d'un tel phénomène est augmentée chez les douloureux, le processus sous-jacent n'est pas fondamentalement différent chez les contrôles. Une troisième expérience indique des mots descripteurs de douleur provoquent des réponses électrodermales plus amples chez des douloureux que chez des contrôles. Toutefois, la forte réactivité s'étend à d'autres mots émotionnels ; il ne s'agit donc pas d'un effet spécifique. La seconde partie du travail regroupe deux expériences quantifiant la perception des sensations intéroceptives au niveau des mains. Les douloureux non dépressifs décrivent des sensations plus nombreuses, plus diversifiées, plus longues et plus étendues que les contrôles ; cette amplification somatosensorielle serait cependant moins nette lorsque la source des sensations est considérée comme externe. L'association en cas de douleur chronique entre la majoration de la réactivité végétative et celle de l'intéroception est discutée