Thèse soutenue

Caractérisation d'espèces bioindicatrices pour la surveillance des activités minières et la gestion de l'environnement en milieu récifal et lagonaire : application au lagon de Nouvelle-Calédonie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laetitia Hédouin
Direction : Pierre Miramand
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Océanologie biologique et environnement marin
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : La Rochelle

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Les activités minières constituent la principale ressource économique de la Nouvelle-Calédonie. La présente recherche doctorale a été réalisée afin de développer un système de surveillance de la contamination minière des eaux lagonaires au moyen d’organismes marins « bioindicateurs » : l’algue brune Lobophora variegata, les huîtres Malleus regula et Isognomon isognomon et le clam Gafrarium tumidum. Dans ce contexte, la valeur bioindicative de ces espèces vis-à-vis de l’Ag, As, Cd, Co, Cr, Mn, Ni et Zn a été déterminée en laboratoire et in situ. L’étude en laboratoire du comportement bioaccumulateur des quatre organismes à l’aide des techniques de radiotraçage a démontré leur importante capacité de bioaccumulation et de rétention des contaminants sélectionnés. De plus, ces organismes répondent au principal critère que doit rencontrer un bioindicateur : les concentrations mesurées dans les tissus reflètent celles qui sont présentes dans l’environnement. Dans les expériences in situ, la mesure des concentrations corporelles en contaminants dans les populations résidentes de clams, d’huîtres et d’algues a permis de discriminer des sites selon leur degré de contamination. De plus, la transplantation d’organismes entre des sites propres et contaminés (et vice versa) a montré que les espèces sont capables de refléter le degré de contamination des sites et qu’elles peuvent être utilisées pour surveiller des sites où les espèces ne sont pas naturellement présentes. Ainsi, L. Variegata, G. Tumidum et I. Isognomon sont des bioindicateurs fiables et très prometteurs qui peuvent être utilisés pour la biosurveillance passive et active de la contamination du lagon de Nouvelle-Calédonie.