Thèse soutenue

Econométrie du cycle européen : analyse du cycle de croissance dans la zone euro à l'aide des modèles à composantes inobservables

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Matthieu Lemoine
Direction : Jacky Fayolle
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques. Gouvernance économique
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

L'objectif de la thèse est d'analyser les propriétés empiriques du cycle européen et leurs implications en termes de politiques économiques. A cette fin, nous développons plusieurs modèles à composantes inobservables que nous appliquons à des séries de PIB de la zone euro, du Royaume-Uni et, à titre de comparaison, des Etats-Unis sur une période allant des années 1960 aux années 2000. Les résultats de la thèse portent à la fois sur la convergence entre les conjonctures nationales et sur la caractérisation des fluctuations au niveau agrégé. D'abord, les conjonctures nationales ne se réduisent pas à la conjoncture de la zone euro, mais forment des groupes de pays conduits par l'Allemagne, la France et l'Italie. De telles disparités exigeraient de renforcer la coordination des politiques budgétaires. Ensuite, relativement au cas américain, la conjoncture européenne est particulièrement perturbée par un cycle de stock, de trois ans en moyenne, dont la détection limiterait le risque de mener des politiques économiques à contretemps. Puis, nous développons un nouveau modèle qui montre que les cycles du Royaume-Uni et de la zone euro se seraient synchronisés au cours des années 1990, mais que leur corrélation se serait réduite pendant la même période, rendant par conséquent délicate l'adhésion du Royaume-Uni à la zone euro. Enfin, l'estimation en temps réel du cycle est entourée d'une forte incertitude qui peut être réduite en intégrant au modèle des informations supplémentaires sur les tensions inflationnistes. Au regard du niveau de cette incertitude, plus faible dans la zone euro qu'aux Etats-Unis, la politique monétaire de la BCE apparaît insuffisamment contra-cyclique.