Thèse soutenue

Diversité génétique, adaptation de Pterocarpus officinallis Jacq. Et de ses symbiotes dans des forêts marécageuses de la région Caraïbe

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Felix Muller
Direction : Amadou Bâ
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Antilles-Guyane

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Les flux de gène, la différenciation et la structuration de huit populations insulaires (1 en Dominique1en Martininique, 2 à Porto Rico et 4 en Guadeloupe) et d'une population continentale(1 en Guyane Française) de P. Officinalis ont été analysés à l'aide de six marqueurs microsatellites nucléaires développés et sélectionnés pour leur polymorphisme (4 à 20 allètes/locus), et de trois marqueurs microsatellites chloroplastiques identifiés à partir d'amorces universelles. Comme on pouvait s'y attendre,la diversité en milieu insulaire est globalement plus fiaible sur le continent. Les indices de fixation varient de Fis=-0. 043 à Fis=0. 368. La forte structuration des populations, observée aussi bien avec les marqueurs chloroplastiques, que nucléaires,respectivement Fstcp=0. 58et Fstnuc=0. 29,serait à relier à un faible taux de migrants. La distribution des chlorotypes peut-çetre envisagée par la dissémination des gènes,favorable aux graines (Rp/g=2,18). La capacité germinative des graines est maintenue après un séjour prolongé dans l'eau douce ou en moindre mesure dans l'eau de mer. Toute les souches bactériennes isolées de nodules des différentes populations de P. Officinalis appartiennent au genre Bradyrhyzobium. L'analyse phylogénétique des Bradyrhizobium par séquençage de l'ITS montre d'une part, un groupe monophylétique contenant la grande majorité des souches insulaires très proche d'une souche de Bradyrhizobium sp. V d'afrique de l'Ouest et, d'autre part, deux groupes paraphylétiques comprenant les souches de Guyane française,mais aussi certaines souches de Porto Rico. La diversité bactérienne au niveau insulaire est plus faible que celle de la Guyane