Thèse soutenue

Rôle des composantes temporelles dans l'évaluation des relations causales

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Estelle Fiévé
Direction : Jean-Pierre Rossi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Informatique
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

L'information causale est transmise par l'interaction d'un bon nombre de facteurs, principalement les composantes temporelles, c'est ce que nous avons mis en évidence dans un premier temps. Nous avons donc testé le rôle du temps, de l'aspect et du type de verbe sur l'évaluation de la relation causale entre deux évènements. L'" aspect " est la manière dont l'action du verbe est distribuée dans le temps, par rapport au " temps " qui localise un évènement par rapport à un autre. Nous concluons à un effet faciliteur de certaines associations de temps sur l'évaluation de la causalité (notamment quand le texte commence par un imparfait). Puis, nous avons testé si la nature du verbe (état, action ponctuelle ou continue) influençait l'évaluation de la causalité. Là encore, certains verbes facilitent ou gênent l'évaluation de la causalité, mais sans interagir avec le temps des verbes. Principalement, un verbe d'achèvement en première phrase facilite la compréhension -plus rapide- par rapport à un verbe d'état. Nous avons enfin utilisé nos résultats expérimentaux pour tenter une approche de la représentation aspectuo-temporelle à l'aide de réseaux d'intervalles. Nous représentons les procès avec les différents composants du repérage temporel du récit ainsi que leurs relations à l'aide de l'algèbre des intervalles temporels d'Allen. À partir de l'analyse de ces relations, nous mettons en évidence de nouvelles relations entre les aspects de chaque phrase et examinons leur incidence sur la causalité. Reprenant les travaux de Dorr et Gaasterland (2002), nous proposons une approche du temps et de l'aspect qui nous permet de déduire les connecteurs envisageables entre deux procès donnés.