Thèse soutenue

Les préadolescents et l'altérité : relations intergroupes et relations interpersonnelles amicales

FR
Auteur / Autrice : Jennifer Kerzil
Direction : Geneviève Vinsonneau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Paris 5

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Cette recherche interroge le rapport à l'altérité chez les préadolescents selon deux modes relationnels : les relations intergroupes et les relations d'amitié interpersonnelles. Concernant les relations intergroupes, il s'agissait de reconnaître l'existence d'une éventuelle discrimination "ethnique" chez les enfants en France. La théorie fonctionelle de la cognition de N. H. Anderson a permis de mettre en évidence les traits éthnicisées et socioculturels d'acceptation et de rejet de l'Autre. Le territoire d'origine, la langue parlée, le niveau économique, l'habillement et la manière de manger se révélent des critères de jugement de l'Autre pouvant conduire à son rejet. La couleur de peau et la religion n'interviennent pas pour rejeter un Autre perçu comme "différent". Une fois écartée l'hypothèse d'une discrimination fondée sur ces critères ethnicisés, une nouvelle recherche empirique est menée en vue de comprendre les motivations sous-jacentes au choix d'un copain "différent" chez les préadolescent des deux sexes. Une enquête réalisée à partir d'un questionnaire inspiré de la théorie du renversement de M. J. Apter, révèle des mtivation de type essentiellement Alloïque et Sympathie. Ce travail s'ouvre sur la construction d'un outil d'evaluation du profil des préadolescents en ce qui concerne les relations sociales amicales : il éclaire chez les sujets les modes d'interiorisation d'une norme xénophile et de sublimation de la relation amicale, l'importance des moments passés avec l'ami pour jouer et discuter, l'affection procurée par la relation amicale, le rapport au monde scolaire, la prise en considération des sentimenst d'autrui et la transgression des règles.