Thèse soutenue

À la recherche des Pas Perdus : dans la matrice des gares parisiennes (1837-1914)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Stéphanie Sauget
Direction : Dominique Kalifa
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

De 1837 à 1914, Paris se couvre de gares de chemin de fer, un lieu inédit, mi-industriel, mi-urbain. Cette greffe transforme profondément le paysage, mais aussi la nature de la ville, ses fonctions et sa place sur le territoire national et international. La ville se reconfigure autour de ces nouvelles" Portes d'entrée" modernes, sous le Second Empire. L'ampleur de la" greffe" et le constat de son succès amènent à sonder l'ampleur des ajustements que la société du XIXe siècle a dû accepter pour y parvenir, ajustements qui dépassent largement les montages financiers, les affrontements politiques et sociaux et les difficultés pratiques ou techniques de l'entreprise. Il a fallu adapter l'ensemble de la société à ce saut technologique, donc culturel, par des explorations et des expériences qui ont été autant de mécanismes d'appropriations, mettant enjeu les représentations et les pratiques sociales. Les gares parisiennes ont eu des effets sociaux, anthropologiques et culturels majeurs qui ont créé une vraie rupture temporelle, créant un " avant" et un " après ", bouleversant les identités collectives de la société française dans son ensemble.