Thèse soutenue

Conséquences cognitives de la prématurité à l'âge scolaire : étude comparative des fonctions inhibitrices chez des enfants nés à terme et prématurés

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hélène Deforge
Direction : André Flieller
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Nancy 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Pour expliquer les troubles relevés chez des enfants nés prématurés, l'hyptohèse d'un déficit inhibiteur a récemment été émise. Néanmoins, la notion d'inhibition souffre de problèmes définitoires et méthodologiques. Trois études comparatives ont été développées, qui visaient à préciser les conséquences de la prématurité sur le fonctionnement cognitif à l'âge scolaire, à éclairer l'organisation et les rôles des trois fonctions conférées à l'inhibition (Hasher & al. , 1999). Les anciens prématurés obtiennent au K-ABC des profils de notes qui diffèrent selon la sévérité de la prématurité. Ils ont aussi des scores plus faibles que les témoins dans des épreuves exécutives impliquant l'inhibition. Les analyses confirmatoires montrent que les trois fonctions inhibitrices peuvent être séparées. Les enfants nés prématurés légers éprouveraient des difficultés à actualiser les contenus de la mémoire de travail. Les trois fonctions inhibitrices seraient affectées chez les anciens grands prématurés.