Thèse soutenue

Étude de la formalisation des spécifications de bases de données géographiques en vue de leur intégration

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nils Gesbert
Direction : Thérèse Libourel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Informatique
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Marne-la-Vallée

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Objectif : faciliter l’utilisation conjointe de plusieurs bases de données géographiques, et en particulier leur intégration dans un système de bases de données fédérées, grâce à une description homogène entre les différentes bases et autant que possible formelle de la sémantique précise des données, c’est-à-dire des spécifications de contenu. Méthode : Les spécifications papier ont le défaut d’être structurées conformément aux schémas des bases de données, qui sont hétérogènes et influencés par des choix d’implémentation. Pour s’affranchir de ce problème, on fait l’hypothèse qu’on peut trouver dans les spécifications un certain nombre de termes consensuels correspondant à des concepts géographiques partagés. Ces concepts formeraient ce qu’on appelle une ontologie du domaine. L’idée n’est pas de créer cette ontologie de façon exhaustive mais de créer une ontologie partielle ad hoc, qu’on étendra au fur et à mesure qu’on rencontrera de nouveaux concepts dans les spécifications. Les spécifications sont alors représentées sous la forme de procédures de représentation qui à une entit géographique (instance d’un concept donné) associent une ou plusieurs représentations dans les différentes bases, en fonction de la nature et des propriétés de l’entité ; elles font donc le lien entre l’ontologie et les schémas des différentes bases. Résultats : sur les thèmes hydrographie de la BDCarto et de la BDTopo, deux bases de données de l’IGN, il semble que l’hypothèse soit vérifiée (on arrive assez facilement à une ontologie commune). On a pu d’autre part déterminer les principaux types de règles élémentaires nécessaires à la construction des procédures de représentation. Un langage formel dont la grammaire, définie en BNF, s’appuie sur ces règles élémentaires a alors été proposé pour décrire les procédures de représentation. Enfin, un prototype logiciel muni d’un parseur pour ce langage a été réalisé pour saisir, stocker et manipuler les spécifications formelle