Thèse soutenue

Sciences de la nature et philosophie dans la pensée de George Berkeley

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Luc Peterschmitt
Direction : Bernard Joly
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Lille 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Nous examinons les relations entre sciences naturelles et philosophie chez Berkeley, dont la pensée s'articule autour de deux axes majeurs, une lutte contre le septicisme, et une apologétique. Ce double aspect de la pensée de Berkeley impose l'examen d'une relation à trois termes : les sciences, la philosophie (ou métaphysique) et l'apologétique, chacune se constituant en fonction de deux autres. Le problème posé par cette co-constitution est réglé par l'intervention d'un quatrième terme, la philosophie comme examen critique préalable, passant principalement par l'examen du langage. Contre le septicisme, Berkeley assure la vérité des sciences, ce qui impose que la métaphysique ne contredise pas les vérités scientifiques les mieux établies. Le second axe de la pensée de Berkeley impose toutefois de s'assurer que rien ne détourne les hommes de la religion, ce que la pratique des sciences peut pourtant faire. Dans les deux cas, la philosophie permet de résoudre le problème en montrant à quelles conditions les sciences peuvent prétendre à la vérité : elles ne connaissent que les lois naturelles, et non des causes. L'étude de la position de Berkeley à l'endroit de l'optique, de la mécanique et enfin de la chimie montre cependant que cette articualtion n'est produite qu'à la faveur de sa réflexion sur la chimie, seule science dont l'objet est suffisamment familier pour véritablement être intéressant et permettre de manifester la bienveillance divine envers les hommes. Il reste que, qu'il s'agisse de l'optique, de la mécanique ou de la chimie, cette pensée se cosntitue grâce à la mise en œuvre d'une philosophie des sciences - ou plutôt, une philosophie pour chaque science