Thèse soutenue

La soutenabilité de la croissance économique : le cas de la Chine : analyse théorique et vérifications empiriques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : André Jean Meunié
Direction : Jean-Marie HarribeyMary-Françoise Renard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Bordeaux 4
Jury : Président / Présidente : Mary-Françoise Renard
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Marie Harribey, Mary-Françoise Renard, Pascale Combes-Motel, Christian Coméliau, Yannick Lung
Rapporteurs / Rapporteuses : Pascale Combes-Motel, Christian Coméliau

Résumé

FR

Le modèle d'accumulation extensive du développement chinois s'accompagne d'une aggravation préoccupante des dégradations environnementales et des inégalités sociales et spatiales. Quelles sont alors les termes du débat sur la soutenabilité ? Après une étude de la théorie de l'économie de l'environnement, nous montrons que la transition vers un sentier de croissance durable équilibré donne une relation entre le niveau de richesses individuelles et la pollution en forme de cloche : c'est la courbe environnementale de Kuznets (CEK). Nous en testons l'existence par une étude économétrique sur un panel des émissions de SO2 de 29 provinces. La forme en cloche que nous détectons s'avère en définitive être provoquée par une spécificité de la période : la diminution des émissions entre 1995 et 2000 imputable à une politique environnementale trés ferme. Cependant, la pollution repart à la hausse depuis 2000 et la contradiction de l'interface croissance économique/environnement réapparaît. Nous étudions ensuite les mécanismes sous-jacents à la dynamique des émissions de CO2. Nous identifions, grâce à la méthode de décomposition, les secteurs-clé sur lesquels une politique d'anticipation des contraintes futures doit se concentrer. La Chine est, en effet, appelée à devenir un acteur central de la lutte contre le changement climatique. En tout, il semble que pour satisfaire les conditions d'une croissance soutenable, l'économie chinoise ne peut compter sur la réalisation d'un retournement salutaire de la dynamique de ses émissions du type CEK et qu'elle doit donc envisager de maîtriser le rythme de sa croissance économique afin de parvenir à un développement plus sobre en énergie pour que les énergies renouvelables jouent un rôle bénéfique et significatif.