Thèse soutenue

Evaluation de l'efficacité des réseaux de coupures de combustible sur la réduction du risque d'incendie à l'échelle du massif forestier

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Kais Abdelmoula
Direction : Gilles BoninBelgacem El Henchi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biosciences de l'environnement, chimie et santé
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Provence. Section sciences

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les massifs forestiers tunisiens sont habités par des communautés rurales et sont gérés par l'administration forestière qui contribuent toutes deux à modifier les flux naturels de combustible. Ce travail vise à évaluer l'impact des activités humaines sur le risque incendie dans le massif de Djebel Mansour en Tunisie. Les éléments du risque incendie sont d'abord cartographiés. Les descripteurs classiques de la cartographie de la végétation sont transformés en une typologie de structures de combustible conforme aux besoins du modèle de comportement du feu Behave. L'évaluation de la combustibilité du massif subdivisé en sept zones dont cinq Douars est ensuite réalisée par la prédiction par Behave de la vitesse de propagation, de la puissance de front du feu et de la longueur des flammes. L'évaluation de la contribution des communautés rurales du massif à la réduction du risque incendie est réalisée par une enquête menée permettant de quantifier les prélèvements et de modéliser les flux de combustible. Nos résultats conduisent à favoriser le maintien des communautés rurales en forêt car leur contribution est décisive pour réduire le risque incendie, tant par leurs actions sur la maîtrise du combustible, que par leur participation à la lutte active. L'efficacité sur la réduction du risque incendie des interventions de l'administration forestière (travaux d'éclaircie et cloisonnement du massif en tranchées pare-feu) est démontrée, ainsi que la complémentarité de ces opérations avec les activités des populations rurales. Cet équilibre précaire contribuant à un bas niveau de risque incendie pourrait être bouleversé par des changements d'usage des massifs forestiers tunisiens