Thèse soutenue

Toxicomanie féminine : du traumatisme sexuel à l'amour du transfert

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Thomas
Direction : Roland Gori
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2005
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Provence. Faculté des lettres et sciences humaines (1969-2011)

Mots clés

FR

Résumé

FR

La toxicomanie féminine est comme frappée d'un oubli. Les auteurs ne font pas de distinction entre les conduites d'intoxication chez les hommes et chez les femmes. Pourtant des différences existent, tant au niveau des troubles associés, des parcours de vie, que des modalités transférentielles dans la rencontre psychothérapeutique. L'anamnèse de nombreuses femmes toxicomanes révèle la fréquence de traumatismes sexuels subis dans l'enfance ou à l'adolescence. Le recours à la drogue a pour fonction, ici, de se soustraire au souvenir de l'évènement traumatique. L'évocation de ces histoires traumatiques dans le cadre de la rencontre psychothérapeutique s'effectue le plus souvent sur un mode passionnel. Sous le couvert du transfert peut se dévoiler une passion. Passion amoureuse, haineuse, véritable toxicomanie d'objet qui vient se substituer à la passion du toxique. Ces passions de transfert qui ne cèdent pas à l'interprétation, sont de véritables constructions, qui ont une fonction de suppléance. Elles dévoilent un positionnement spécifique de ces femmes toxicomanes quant à la question de l'être et du rapport à l'objet : un défaut de reconnaissance radicale et un défaut de travail du deuil.