Thèse soutenue

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guillaume Tcherkez
Direction : Jaleh Ghashghaie
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques. Sciences de la vie
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Les plantes terrestres discriminent contre le 13CO2 lors de l'assimilation photosynthétique, de telle sorte que la matière organique des plantes en C3 est appauvrie de 20% en 13C par rapport au CO2 de l'air. Il a été montré que le CO2 rejeté par la respiration foliaire à l'obscurité est en général enrichi en 13C par rapport à la matière organique, mais il demeure une importante variabilité. C'est pourquoi la teneur naturelle en 13C dans le CO2 produit par la respiration est étudiée dans ce travail de façon systématique, en relation avec l'état métabolique des feuilles comme la disponibilité en substrats, et la température. L'ensemble des données collectées indique qu'il existe une relation linéaire forte entre la teneur en 13C du CO2 et le quotient respiratoire (CO2/02), ce qui montre que les variations d'abondance isotopique sont simplement expliquées par des changements de substrats respiratoires. Néanmoins, même lorsque les substrats respiratoires sont déterminés expérimentalement comme étant des carbohydrates, l'origine précise des atomes de carbone (c'est-à-dire l'identité du pool métabolique) retrouvés dans le CO2 n'est pas connue avec précision. C'est pourquoi cette étude est complétée par des marquages isotopiques à la lumière avec du CO2 à très basse teneur en 13C, afin de voir si l'abondance en 13C du CO2 produit par la respiration après l'illumination reflète tout à la fois la contribution des réserves et celle des assimilats récemment fabriqués lors du marquage. Les résultats indiquent que le carbone récemment fixé ne contribue que très peu à l'alimentation de la respiration.