Thèse soutenue

Le droit, le foncier pastoral et les sociétés Tamacheq : entre ignorance et reconnaissance

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Fatiha Bourmouche-Yacoubi
Direction : Étienne Le Roy
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Droit international
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

Les sociétés tamacheq possèdent une même culture, appartiennent à une même civilisation, ils se rattachent à la grande communauté berbère répartie actuellement dans plusieurs Etats (Algérie, Niger, Mali, Libye et Burkina Faso). Les Tamacheq se caractérisent à la fois par une grande diversité dans le domaine politique et par une incontestable unité culturelle. Cependant, la rupture coloniale va engendrer des crises au sein des sociétés tamacheq. Le contrôle colonial de l'espace tamacheq va à l'encontre de toutes les notions d'une société nomade hiérarchisée qui se sent enfermée dans un maillage serré par l'obligation de s'adapter au nouvel ordre politique et économique colonial dit " moderne " et " civilisé ". De plus, les frontières issues de la colonisation ont été " nationalisées " par les Etats indépendants qui ont déterminé par voie législative les relations politiques, économiques et familiales au sein d'une même communauté culturelle. La difficulté des Etats " modernes " à adapter leurs procédures et leurs cadres à la prise en compte de ces populations est évidente, l'exploitation des ressources naturelles dans une logique étatique et occidentalisée venant souvent en contradiction directe des usages traditionnels tamacheq. Enfin, le bon sens en matière de diversité culturelle, que l'on respecte les différences spécifiques là où elles ne sont pas source de conflits. Dans cette perspective, il incombe aux Etats d'adopter des solutions appropriées, pour parvenir à un compromis qui s'exprime par la valorisation de l'identité culturelle tamacheq par une représentation effective au sein des Etats où se situe leur terroir et par un droit métisse adapté à leurs besoins contemporains.