Thèse soutenue

Séparation radiochimique par extraction séquentielle de transuraniens et de produits de fission : application à l'étude d'une zone alpine (Boréon, Mercantour)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Maïa Schertz
Direction : Geneviève Barci-Funel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Nice
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences fondamentales et appliquées (Nice ; 2000-....)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Les essais nucléaires des années soixante et l’accident de Tchernobyl ont entraîné la dispersion de radionucléides artificiels dans l’environnement. Les éléments étudiés sont des produits de fission, césium 137 et strontium 90, et des transuraniens, plutonium 238, 239/240 et américium 241. La zone alpine étudiée est constituée d’un lac et d’un bassin versant à forte pente. Des prélèvements de sol et de sédiments y ont été collectés. La méthode radiochimique d’extraction séquentielle mise au point permet d’analyser tous les éléments à partir d’un unique échantillon, grâce à des étapes de coprécipitation et de séparation sur résines chromatographiques. Les carottes de datation décrivent les variations d’activité d’un radioélément avec la profondeur. L’étude des carottes d’inventaire permet de définir différentes zones de contamination et d’estimer les transferts en radioéléments. La comparaison des activités des carottes a montré un important impact du ruissellement sur le bassin versant : les apports au lac par ruissellement sur le bassin versant sont très supérieurs aux apports par le cours d’eau. De plus, une teneur élevée des sols en matière organique combinée à un fort ruissellement favorise la migration des radioéléments. Alors que les zones du bassin versant pauvres en matière organique retiennent les radioéléments. Le césium, élément le plus mobile, est le polluant majeur du site. Notre région a subi une contamination très importante en produits de fission, à la suite de l’accident de la centrale de Tchernobyl. Les transuraniens quant à eux proviennent des essais nucléaires des années soixante.