Thèse soutenue

Développement de méthodes alternatives à l'expérimentation animale pour la détection du potentiel de sensibilisation de contact

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Philippe Azam
Direction : Laurence Vian
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie et de la santé. Sciences pharmacologiques. Toxicologie
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Montpellier 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Montpellier I. UFR des sciences pharmaceutiques et biologiques (1968-2014)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

L'allergie de contact est une hypersensibilité retardée à médiation cellulaire, initialisée au niveau de la peau par la cellule de Langerhans, cellule dendritique spécialisée, au contact des haptènes. Actuellement, seuls des tests in vivo réglementaire sont disponibles pour la détermination du potentiel sensibilisant des produits chimiques. L'objectif de ce travail a été de développer deux nouvelles méthodes : le LLNA-IL-2 dérivé de la méthode in vivo réglementaire LLNA (Local Lymph Node Assay), et la lignée myéloïde cellulaire MUTZ-3 comme modèle in vitro. La première approche a consisté en l'amélioration du LLNA par la mesure de la production ex-vivo d'IL-2 par les cellules ganglionnaires. Après comparaison de diverses techniques de dosages et optimisation du protocole, les performances de cette méthode baptisée LLNA-IL-2 ont été évaluées à l'aide d'un panel de sensibilisants et irritants prototypiques. Les résultats obtenus sont comparables qualitativement et quantitativement à ceux du LLNA radioactif (P. Azam et al. . 2004 Toxicology. Sous presse). Le développement d'un test prédictif in-vitro, réalisé sur la lignée cellulaire myéloïde humaine. Cytoline dépendante et CD34 positive, MUTZ- constituait la deuxième partie du projet. Après caractérisation du phénotype monocytaire de la lignée, une évaluation de sa capacité de réponse à un panel d'irritants et de sensibilisants faibles, modérés ou forts, a été effectuée par cytométrie en flux sur l'expression d'une série de marqueurs d'activation (HLA-DR, CD54, CD86, CD40, B7-H1, B7-H2, B7-DC). En particulier avec CD86, l'ensemble des sensibilisants testés induisant une réponse positive spécifique. D'autres part, dans des expériences préliminaires, la lignée MUTZ-3 a présenté des capacités uniques de différenciation en cellules de types dendritiques. Ces données suggèrent la possibilité du développement d'un modèle in-vitro de criblage (MUTZ-3 non différenciées), d'un modèle in-vitro hautement différencié (MUTZ-3 différenciées) et de comparer leurs performances avec les tests in-vivo (LLNA) ou en cours de développement (PBMC).