Thèse soutenue

Des simples à l'essentiel : de l'herboristerie à l'aromathérapie, pratiques et représentations des plantes médicinales

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Raphaële Garreta
Direction : Marlène Albert-Llorca
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Ethnologie et anthropologie sociale
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Paris, EHESS
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'anthropologie sociale (Paris1960-...)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Alors que la majeur partie des travaux ethnologiques sur les simples ont pour cadre ma médecine "traditionnelle" et "populaire" dans les sociétés rurales, cette étude s'inscrit dans le monde urbain - tant comme zone géographique que métaphore du monde contemporain - et rend compte des pratiques et représentations de la plante mises en oeuvre par les professionnels de la chaîne de l'herboristerie: cueilleurs, herboristes et, aujourd'hui, aromathérapeutes. Le premier objet de ce travail est de montrer qu'herboristes et aromathérapeutes ne se situent pas dans des univers mentaux très différents. Leurs actes et leurs discours révèlent en effet la continuité d'un ensemble de valeurs symboliques attachées aux plantes médicinales en relation avec une certaine conception de la maladie et du mal-être, dans une société où ce type de médecine n'est pas dominant. Pour comprendre les logiques sous-jacentes à ces représentations, est restitué l'itinéraire de la plante: les modalité de la cueillette des simples, de leur préparation et de leurs usages reflètent les théories élaborées à leur propos, conditionnant directement l'imaginaire de leur efficacité. La thèse interroge enfin les bienfaits attendus des plantes. Qu'il s'agisse des plantes sèches de l'herboriste ou des huiles essentielles de l'aromathérapeute, l'intérêt qu'on leur porte actuellement s'inscrit dans un contexte idéologique où se joue la recherche d'une purification qui n'est pas seulement physique. De la plante, on attend à la fois un bien-être corporel et spirituel.