Thèse soutenue

Les receveurs généraux des finances au XVIIIe siècle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Eun-Joo Yoon
Direction : Guy Chaussinand-Nogaret
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire et civilisations
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Paris, EHESS

Résumé

FR  |  
EN

L'objectif de cette thèse est de montrer l'ambition politique des receveurs généraux des finances qui s'établirent comme un pouvoir dominant au XVIIIe siècle. A la maîtrise des rouages financiers de l'Ancien Régime, ces officiers de finance soutenaient des activités ministérielles et la maison du roi et finançaient les guerres. Ce service était fondé sur l'usage massif des prescriptions et le développement des dispositifs structurels pour propager l'utilisation de cet effet. La modification de la structure financière et la transformation des financiers en un grand pivot de l'institution accordaient aux receveurs généraux un rôle essentiel en tant que principaux serviteurs du roi. Leur compétence et leur talent en tant que manieur des effets les formaient comme un groupe social très spécifique. Personne ne pouvait pas intervenir dans leurs opérations financières devenues spécialistes. Les receveurs généraux formaient leurs propres réseaux de pouvoir en plaçant leurs fils dans la magistrature, une autre grande institution monarchique. Les filles épousèrent des officiers de l'armée et des maîtres des requêtes. Des amis collaboraient avec eux dans la haute administration, la finance, la munition, le commerce, et la banque. Cependant, le fils le plus capable était destiné pour hériter de la charge de son père. Dans la finance se constituèrent ainsi des dynasties. Pour renforcer leur statut, ils se rassemblaient dans un quartier d'affaires selon leur vocation financière. Avec l'évolution de leur rôle professionnel, le statut des receveurs généraux n'était plus contesté. Installés au sommet de la pyramide des gens de pouvoir, les receveurs généraux devenaient les porteurs de meilleurs symboles de la société : le pouvoir, l'argent et le prestige.