Thèse soutenue

Caractérisation et pathogénie des isolats de Vibrio tapetis, bactérie responsable de la maladie de l'anneau brun chez la palourde japonaise

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gwénaëlle Choquet
Direction : Christine Paillard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Microbiologie
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Brest

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Sur la façade Atlantique, de la Norvège à l'Espagne, de nombreuses souches de Vibrio tapetis ou apparentées ont été isolées depuis 1988. Elles sont issues soient de palourdes présentant les symptômes de la maladie de l'anneau brun, soit d'autres mollusques. De plus, V. Tapetis a récemment été impliquée dans des vibrioses de poissons. Au cours de ce travail, une caractérisation systématique des isolats disponibles (21) a été menée afin de réaliser une étude complète de leur variabilité phénotypique et génétique ainsi que de leur virulence in vivo. Il a ainsi été montré qu'à l'exception de trois d'entre eux, tous les isolats appartiennent à l'espèce V. Tapetis sont virulentes avec une intensité variable. Par ailleurs, l'étude des mécanismes de pathogénie de V. Tapetis a été réalisée à partir de deux approches complémentaires : l'une cellulaire et l'autre moléculaire. L'approche cellulaire a permis de montrer d'importantes capacités cytotoxiques de cette bactérie vis à vis des hémocytes : altérations morphologiques (arrondissement et gonflement cellulaire), inhibition des capacités d'adhésion et du métabolisme oxydatif, mortalité. L'approche moléculaire a permis la mise en évidence d'un gène d'h émolysine, de type lécithinase, identifié chez toutes les souches de V. Tapetis. Il s'agit du premier gène de virulence potentiel identifié chez V. Tapetis. Cependant, son implication dans la virulence et le développement de la maladie de l'anneau brun n'est pas encore élucidée. L'ensemble du travail sur la caractérisation des souches de V. Tapetis constitue une base indispensable pour les recherches futures sur la biogéographie et la phylogénie de ce pathogène. De plus, pour le développement conjoint des approches in vivo, cellulaire et moléculaire a permis de faire progresser la connaissance sur la pathogénie de V. Tapetis et sur ces mécansimes d'interactions avec les cellules immunitaires de la palourde.