Thèse soutenue

Les effets de l'interférence perceptive sur la mémoire : résistance et nature des processus impliqués

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christelle Delaplace
Direction : Brigitte Le Bouëdec
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2004
Etablissement(s) : Angers

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

L'effet d'interférence perceptive consiste en ce que des mots présentés masqués à l'encodage soient mieux récupérés en test de reconnaissance que des mots présentés normalement. Nos résultats montrent un maintien dans le temps (24 h) de cet effet chez des sujets jeunes. Par contre, les personnes âgées ne bénéficient pas de cette manipulation d'encodage et ont même tendance dans certains cas, à en pâtir. Par ailleurs, Mulligan (1996) émet l'hypothèse d'un traitement compensatoire lors de l'encodage, qui s'appuierait sur une utilisation accrue d'informations perceptives de haut niveau pouvant être phonologiques ou sémantiques. Mais nos expériences n'ont pas validé cette supposition. Nos résultats révèlent enfin que chez les jeunes, l'effet bénéfique d'interférence ne semble pas être spécifiquement attribuable à la familiarité ou à la récupération consciente. Chez les âgés, l'effet négatif de l'interférence est dû à une diminution des réponses basées sur une récupération consciente.