Thèse soutenue

Développement de formulations vaccinales anti-cancéreuses à base de liposomes vectorisant des adjuvants et des antigènes peptidiques synthétiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Audrey Roth
Direction : Francis Schuber
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences
Date : Soutenance en 2003
Etablissement(s) : Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008)

Résumé

FR  |  
EN

Le but d'une approche vaccinale anti-cancéreuse est d'induire une réponse immunitaire cellulaire puissante et tumeur-spécifique, conduisant à l'élimination des tumeurs (vaccin thérapeutique) ou à la prévention contre les tumeurs (vaccin prophylactique). Nous avons conçu des constructions minimales, entièrement synthétiques, reposant sur l'utilisation de peptides antigéniques (épitopes) vectorisés par des liposomes. Dans ce but, les peptides, dérivatisés par un résidu cystéine, sont couplés d'une manière chimiosélective à la surface de vésicules préformées grâce à une ancre amphiphile lipopeptidique adjuvante (Pam3CysSerSer) fonctionnalisée par un groupement maléimide. Dans une première approche, nous avons greffé deux peptides à la surface de liposomes de type " SUV " (Ø 65 nm) : un épitope T-cytotoxique (Tc) dérivé du récepteur humain ErbB2 surexprimé dans de nombreux cancers et un épitope T-auxiliaire (Th) "universel" qui augmente l'intensité de la réponse contre l'épitope Tc. Cette construction vaccinale a été testée in vivo sur des modèles murins (tumeur syngénique exprimant le récepteur ErbB2 humain) dans le cadre d'une visée prophylactique. Les résultats obtenus se sont montrés extrêmement encourageants puisque nous n'avons observé aucune croissance de tumeurs lorsque les souris sont vaccinées (s. C. ) avec notre formulation. Il est à noter en revanche qu'une réponse significativement moins forte a été observée lorsque le peptide Th n'est pas présent dans la formulation. Un effet mémoire a également été mis en évidence. Nous avons par ailleurs réalisé le même type d'expérimentation mais dans le cadre d'une vaccination thérapeutique. Les résultats obtenus sont également très prometteurs, puisque la majorité des souris ont vu leur tumeur éradiquée après vaccination avec notre formulation. L'utilisation d'une telle stratégie pour la conception d'un vaccin anti-cancéreux est donc très prometteuse.