Thèse soutenue

Réflexion méthodologique autour de la construction d'un objet de recherche : la dynamique identitaire chez les migrants africain francophones au Cap (Afrique du Sud)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Cécile B. Vigouroux
Direction : Françoise Gadet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du langage
Date : Soutenance en 2003
Etablissement(s) : Paris 10

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le but de cette thèse est de réfléchir sur la construction d'un objet de recherche en montrant ce que les procédures d'enquête et les orientations théoriques impliquent dans la construction et l'interprétation des données. Ce travail s'est construit à partir d'une population cible -les migrants africains francophones- sur un terrain d'enquête - le Cap (Afrique du Sud)- et à partir d'une problématique de recherche : la dynamique identitaire. L'exposition détaillée de notre cheminement de recherche depuis la conception du projet jusqu'à l'analyse des données nous permet de réfléchir sur toutes les positions occupées par le chercheur (enquêteur, transcripteur, et analyste) d'un bout à l'autre de la chaine de fabrication des données et de montrer comment ces dernières sont construites à chaque étape du travail. Nous montrons comment la déconstruction opérée sur les différentes phases de la recherche nous a conduite à une reconfiguration de l'objet initial de la thèse. De l'intention d'analyser des représentations linguistiques nous sommes passée à un premier travail sur la notion "makwerekwere", une hétéro-catégorisation stigmatisante servant à désigner, en Afrique du Sud, les étrangers africains. L'analyse des données s'est accompagnée d'une transformation de notre perspective : les discours des enquêtés sont envisagés à la lumière du contexte situationnel dans lequel ils sont produits -l'entretien- et les catégories extralinguistiques construites à priori sont abandonnées au profit de catégories endogènes qui émergent dans l'interaction entre enquêteur et enquêté sur le terrain. L'étude de "makwerekwere" sur laquelle se termine le travail marque à la fois l'aboutissement de notre réflexion méthodologique et illustre l'approche multidimensionnelle que nous proposons au traitement de la notion qui rende compte de différentes strates contextuelles : le micro contexte de l'entretien et le macro contexte sud-africain.