Thèse soutenue

Utilisation de la métathèse des alcènes pour la synthèse de porphyrines O- et C-glycosylées éthyleniques : Application à la photothérapie dynamique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laëtitia Gachard-Bouty
Direction : Robert GranetPierre Krausz
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie Appliquées. Chimie des Substances Naturelles
Date : Soutenance en 2003
Etablissement(s) : Limoges
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Limoges. Faculté des sciences et techniques

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

En raison de leur caractère photosensible, les porphyrines ont retenu l'attention des chercheurs pour une application en photothérapie dynamique, notamment, pour le traitement de certains cancers. Les porphyrines glycosylées sont, dans ce domaine, particulièrement prometteuses car elles peuvent permettre de vectoriser le photosensibilisateur vers les cellules tumorales enrichies en récepteurs glucidiques. Au cours de ce travail, nous avons, dans un premier temps, réalisé la synthèse de porphyrines glycosylées éthyléniques appartenant à la famille des méso-tétraarylporphyrines. Une stratégie en deux étapes qui consiste à dimériser le précurseur glucidique allylique puis à faire réagir l'homodimère obtenu avec les mono para- et ortho-allyloxyphényltritolylporphyrines a été appliquée. La dihydroxylation asymétrique de ces composés a été ensuite effectuée afin d'en améliorer le caractère amphiphile. Les unités glucidiques fixées sont de deux types. La première série de porphyrines synthétisées appartient à la famille des porphyrines O-glycosylées. La seconde série est constituée de porphyrines C-glycosylées qui se révèlent particulièrement intéressantes en raison de leur aptitude à résister à l'hydrolyse enzymatique. Ces composés ont été caractérisés par spectroscopie UV-visible et spectrométrie de masse. Une étude détaillée de RMN (1H et 13C) a été effectuée sur les composés acétylés ou benzoylés au niveau de la partie glucidique. Enfin, les différents produits issus de cette étude ont été déprotégés et ont fait l'objet de tests biologiques in vitro sur des cellules K562 sous forme libre ou encapsulés par incorporation dans des liposomes