Thèse soutenue

Fonctionnement et fonctions des représentations du surnaturel dans l'imaginaire des contes wolofs

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : N'Diabou Séga Touré
Direction : Jean Derive
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues, littératures et sociétés
Date : Soutenance en 2003
Etablissement(s) : Paris, INALCO

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

L'étude des représentations du surnaturel portant sur un corpus limité de contes révèle leur richesse et leur diversité. Certaines, comme le génie, sont répandues dans l'Ouest africain. D'autres, telles la mère-brousse et la bête tueuse, sont plus spécifiques de la culture wolof. Au-delà de leur identification, le traitement des représentations dans l'imaginaire des contes pose deux types de questions. La première est celle de leur fonctionnement à l'intérieur d'un univers très organisé dont le chaos apparent n'est que la façade. La seconde a trait aux fonctions de ces représentations. Le mot "fonction" renvoie ici à deux significations : celle de rôle dans les récits et celle de finalité. Ce dernier sens se situe à un niveau plus profond de l'analyse, où l'on tente de comprendre les mécanismes qui interviennent dans cet univers du surnaturel dans les contes. Dans cet imaginaire, le thème de l'initiation tient une place importante dans une conception wolof de la personne, toute entière construite autour de la notion fondamentale de changement. L'univers du surnaturel des contes est un élément essentiel dans l'élaboration d'un modèle social pour la formation de la personne wolof, qui se présente comme un être articulé avec les concepts de double, d'altérité et de gémellité. Ce modèle, caractérisé dans le conte, et placé à l'intérieur d'un processus de création de la personne, est le moule dans lequel le futur initié trouvera les repères qui en feront un individu conforme à l'idéal wolof de l'homme.