Thèse soutenue

Gauchos-Vénitiens : anthropologie d'une double identité au Rio Grande Do Sul, Brésil

FR
Auteur / Autrice : Alessia de Biase
Direction : Marc Augé
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Ethnologie et anthropologie sociale
Date : Soutenance en 2003
Etablissement(s) : Paris, EHESS

Résumé

FR

"A la fin du siècle passé, entre 1875 et 1898, une grande migration rurale part de Vénétie, en quittant une misère profonde, à la recherche de l'Eldorado au Brésil. Installés dans le Rio Grande do Sul, les immigrés vénitiens entrent en contact avec la population locale, les gaúchos,et restent immédiatement fascinés. Cette fascination qui a mené les Vénitiens à émuler les gaúchos perdure dans les générations suivantes. L'époque de la dictature de Vargas interdit pendant vingt ans toute manifestation de culture régionale et les descendants de vénitiens abandonnent leur culture d'origine. Pour la célébration du centenaire de l'immigration italienne, en 1975, un groupe de jeunes d'origine vénitienne qui étudient à Porto Alegre quittent la capitale pour retourner dans l'arrière-pays pour se dédier complètement au rachat de leur identité vénitienne. A partir de là un processus d'invention identitaire commence et ces étudiants donneront naissance à des associations qui organiseront les premières fêtes à caractère à caractère identitaire, les premiers groupes de danse et musique folklorique. Les premiers musées de l'immigration italienne et les premiers cours de re-apprentissage du dialecte vénitien. Cependant bien que les liaisons qu'ils ont construites pendant vingt ans avec la Ligue du Nord italienne pour l'affirmation de l'identité vénitienne et tout le travail "d'éducation identitaire" qu'ils ont mené dans le territoire de la Serra dans le Rio Grande do Sul puisse faire croire qu'ils interprètent leur vénitienneté comme quelque chose de conclu, de pur et d'existant depuis toujours en tant que tel, dans la réalité ils n'ont jamais quitté d'être des gaúchos et de continuer à pratiquer cette culture qui avait fasciné leurs ancêtres à la fin du XIXè. Leur être gaúcho reste symboliquement la preuve de l'ascension sociale faite par leurs ancêtres vénitiens au Rio Grande do Sul et est donc strictement lié à leur être vénitien: pour eux, l'un ne va jamais sans l'autre. Cette identité culturelle multiple et situationelle des gaúcho-vénitiens n'est que le reflet de la société polyculturelle brésilienne où ils retrouvent la disponibilité à conjuguer l'un et le multiple, le même et son contraire. "