Thèse soutenue

Dynamique de la réplication et instabilité du génome chez la levure S. Cerevisiae en l'abscence de l'inhibiteur de CDKs, Sic1p

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Armelle Lengronne
Direction : Étienne Schwob
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie. Biologie moléculaire de la cellule
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Paris 11

Résumé

FR  |  
EN

La protéine Sic1p appartient à la famille des CKI (Cyclin-Dependent-Kinase Inhibitor), de même que p21/Cip1 ou p27/Kip1 chez les cellules de mammifères, et est exprimé de la fin de la mitose à la fin de la phase G1 du cycle cellulaire chez la levure S. Cerevisiae. Le but majeur de ma thèse était de comprendre l'origine de l'instabilité génétique observée dans les cellules dépourvues de Sic1p. Ces cellules présentent une chute de la viabilité, une augmentation de la perte de chromosomes et sont retardées dans le cycle au cours de la mitose. Des travaux réalisés au laboratoire suggéraient que les mutants sic1d préparaient à chaque cycle un nombre insuffisant d'origines de réplication compétentes pour la phase S. Dans la première partie de ma thèse, afin d'étudier d'éventuels défauts de réplication chez les mutants sic1d, j'ai développé un ensemble de techniques moléculaires, électrophorétiques et microscopiques, fondées sur l'incorporation de BrdU et permettant de mesurer précisément la progression de la phase chez la levure. Dans la seconde partie de ma thèse, en utilisant ces techniques, j'ai montré que les cellules sic1d (1) initient la réplication à partir d'un nombre restreint d'origines, (2) ont une phase S allongée et (3) séparent inefficacement leurs chromatides soeurs pendant l'anaphase. De façon surprenante, les cellules sic1d ne sont pas arrêtées en métaphase comme attendu si le checkpoint S/M avait été activé pour permettre la duplication complète des chromosomes. Enfin, j'ai montré que les mutants sic1d ont une fréquence de réarrangements chromosomiques 600 fois supérieure à celle de cellules sauvages, résultant probablement de l'entrée inappropriée en anaphase. Nous proposons que l'activation précoce des CDKs entraîne une instabilité génétique en altérant la dynamique de réplication qui alors perturbe la ségrégation normale des chromosomes.