Thèse soutenue

Réification et histoire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alain Durel
Direction : Jean-Marie Vincent
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Paris 8

Résumé

FR

Notre problématique trouve son point de départ dans ce que Lucien Goldmann a nommé "l'école philosophique Sud-Ouest allemande", cette matrice extraordinairement féconde d'où surgiront la phénoménologie et l'Ecole de Francfort. C'est dans ce chiasme intellectuel où s'entremêlent philosophie, sociologie, psychanalyse et théologie que nous puisons les lignes de force de cette étude sur la réification et l'histoire. La 1e partie de notre travail, "réification et arraisonnement", interroge le processus de chosification et d'exploitation contrôlée de l'existence produit par la société occidentale. Nous tentons, en entrecroisant les approches de Lukàcs et Heidegger, de définir ce processus, d'en déterminer les causes et d'en mesurer l'ampleur. Cette partie révèle l'étendue du désastre : une histoire de la réification met en lumière la réification de l'histoire. Dans la seconde partie de notre recherche, "réification et oeuvre d'art", nous nous demandons dans quelle mesure l'art peut constituer un recours possible à ce phénomène en voie de "mondialisation". Cependant, il apparait que l'oeuvre d'art n'échappe pas à la réification. Les "subtilités théologiques" de la marchandise (Marx), sa dimension suprasensible en même temps que sensible, sa capacité idéelle à produire de l'abstraction débouchent sur une nouvelle forme de religion politique dont le "spectacle" (Debord) est l'idole incontestée. Dans la 3e partie, "réification et religion", nous enquêtons sur les origines de cette théologie de remplacement. . .