Thèse soutenue

Les structures élémentaires du yuhup maku, langue de l'Amazonie colombienne : morphologie et syntaxe

FR
Auteur / Autrice : Ana Maria Ospina Bozzi
Direction : Jon Landaburu
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Lettres, sciences humaines et sociales
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Paris 7

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La langue yuhup (famille makú puinave) est parlée à la frontière de la Colombie et du Brésil par un des six peuples de tradition nomade qui habitent la région du Nord-Ouest amazonien. La langue se trouve en danger de disparition vu le nombre réduit de locuteurs (cinq cents) et la crise socioculturelle qu'ils vivent actuellement. La recherche, réalisée dans le cadre de la linguistique fonctionnelle, présente une description de la phonologie, la morphologie et la syntaxe. L'analyse se centre sur la morphosyntaxe de la phrase simple. D'abord le contexte social, culturel et sociolinguistique, est décrit. Ensuite, la phonétique, la phonématique, la morphologie, les structures syllabiques et la prosodie sont discutées. Puis la structure des phrases simples déclaratives, interrogatives, impératives, et négatives est présentée. Par la suite, l'analyse se centre sur la structure interne des constituants non prédicatifs : les noms et ses modificateurs, les pronominaux, les localisateurs. Une attention particulière est portée à la description des noms composés qui donnent naissance à un système de classification nominale. Suit l'étude des constituants prédicatifs non verbaux et verbaux : les structures verbales montrent un mode d'expression original et intéressant des catégories aspecto-temporelles, à travers une combinatoire morphologique complexe. La comparaison des constructions prédicatives révèle une riche interaction entre la structure morphosyntaxique et la structure informative. Enfin, sont décrits les radicaux verbaux complexes, qui expriment des notions relatives à la motion, l'aspectualité, la modalité, le mode, la séquence, la manière et la cause, et qui montrent une dynamique fertile entre la lexicalisation et la grammaticalisation des composants. En guise de conclusion, les perspectives futures de la recherche sont signalées. Dans les annexes, on présente la transcription de deux textes, et l'on expose le système de numération de la langue.