Thèse soutenue

L'épargne postale et le développement financier en Afrique subsaharienne : du financement de la dette de l'Etat à la réduction de la pauvreté

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hugues Kamewe Tsafack
Direction : Jean-Michel Servet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Lyon 2

Résumé

FR  |  
EN

L'effondrement massif de l'épargne domestique, de l'investissement et de la croissance économique dans les pays africains dans les années 80 et le début des années 90 souligne avec acuité la nécessité de revigorer la mobilisation de l'épargne en vue de bâtir le chemin d'un développement économique durable en Afrique. Cette thèse démontre que dans la plupart des pays africains, les systèmes d'épargne postaux (caisses d'épargne postale et services de chèques postaux) pourraient jouer un rôle essentiel dans l'offre au public et à l'échelle nationale, des services de dépôt, sûrs, accessibles et fiables. Profitant du réseau dense et équilibré des bureaux de postes, les systèmes d''épargne postaux sont en mesure de minimiser véritablement les coûts de développement de leurs services et de maximiser leur proximité par rapport à toutes les franges sociales et les zones reculées. Les systèmes d'épargne postaux sont donc susceptibles d'être des mécanismes rentables pour la mobilisation de l'épargne des gens à revenus modestes, mais responsables et de cette manière réduire l'exclusion financière chez les femmes et les pauvres des villes et des campagnes. . Les témoignages issus de deux enquêtes effecutés à Douala (Cameroun) et à Dakar (Sénégal) soulignent que les femmes et les citadins à revenus modestes font confiance aux systèmes d'épargne postaux pour sécuriser leur épargne, et ce en dépit de l'existence des pratiques informelles et semi-formelles d'épargne et de crédit (tontines, gardes-monnaie, coopératives d'épargne et de crédit, etc. ). . . Revigorer l'épargne postale pourrait donc contribuer à stimuler le développement économique de l'Afrique, mais à condition que les gouvernements cessent d'utiliser abusivement les dépôts pour financer leur déficit budgétaire. Le Zimbabwe a été longtemps l'exemple typique de cette situation. Les tests empiriques que nous avons effectués mettent en évidence un " effet d'éviction " des placements de l'épargne postale en titres de la dette publique sur l'investissement privé dans ce pays. Bien que les systèmes d'épargne postaux furent à l'origine limités dans leur compétence bancaire, certains ont été transformés avec succès en banques assujetties aux dispositions réglementaires. En effet, au lieu de financer les déficits de l'Etat, l'épargne postale doit être ré-orientée en faveur des objectifs nobles de développement, comme par exemple, le soutien aux programmes de microcrédit destinés aux ruraux, aux citadins et aux femmes, afin d'avoir un impact effectif sur la pauvreté.