Thèse soutenue

Approches expérimentales des intéractions cellulaires, de l'infectivité et de la sensibilité aux antiparasitaires de Cryptosporidium parvum

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gilles Gargala
Direction : Jean-Jacques Ballet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Médecine
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Caen

Résumé

FR

L'infectivité et la pathogénicité de Cryptosporidium ainsi que les réponses entérocytaires à l'infection (production de cytokines, apoptose) conditionnent la physiopathologie. La protection immunologique implique principalement l'immunité à médiation cellulaire et les intéractions des lymphocytes T muqueux avec les entérocytes infectés. Le nombre des agents anti-cryptosporidiens candidats au traitement de la cryptosporidiose est restreint. Dans ce travail, nous avons étudié in vitro la réponse des lymphocytes T humains aux antigènes de C. Parvum. Les lymphocytes T sont la cible de chémokines (IL-8, RANTES)sécrétées par les cellules entérocytaires infectées. Les lymphocytes TCD4+ activés par les antigènes de C. Parvum augmentent leur expression de CD40L. Nous avons établi in vitro un modèle qui mime les intéractions des lymphocytes T systémiques avec la muqueuse intestinale infectée. Les lymphocytes T CD8+ migrant à travers une monocouche de cellules entérocytaires infectées expriment de novo le CD103. Afin de quantifier le risque lié à l'infectivité des oocystes de C. Parvum, nous avons mis au point un modèle d'infection intestinale du souriceau nouveau-né avec détection cytofluorométrique des oocystes. Dans ce modèle, l'infectivité maximale peut être mesurée et un inoculum de l'ordre d'un oocyste est infectant. Cette méthode est applicable aux prélèvements provenant de l'environnement hydrique. Nous avons développé une méthode immunoenzymatique de détection du développement de C. Parvum dans les cellules HTC-8 et l'avons appliquée à la mesure des effets anti-cryptosporidiens d'agents pharmacologiques. Elle a permis de démontrer que le nitazoxanide et ses métabolites tizoxanide et glucoronate de tizoxanide sont actifs dès le staded'invasion sporozoi͏̈taire, alors que la nitazoxanide et le glucoronate de tizoxanide sont respectivement actifs sur les stades sexués et asexués.