Thèse soutenue

Céramiques glaçurées de l'espace méditerranéen (IXe -XVIIe siècles après J. -C. ) : matériaux, techniques et altération

FR
Auteur / Autrice : Ayed Ben Amara
Direction : Max Schvoerer
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Physique des archéomatériaux. Physique de l'état condensé
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Bordeaux 3
Jury : Président / Présidente : Marino Maggetti
Examinateurs / Examinatrices : Mustapha Haddad, Mourad Rammah, Françoise Bechtel
Rapporteurs / Rapporteuses : Françoise Bechtel, Marino Maggetti

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les céramiques glaçurées anciennes, fabriquées pour façonner des objets utilitaires, décoratifs ou fonctionnels, notamment en architecture sont, au sens moderne de l'expression, des "matériaux composites". En effet, elles associent une terre cuite -ou une fritte-, un verre (la glaçure) et des colorants minéraux ajoutés afin de créer un décor. À ce titre, elles sont porteuses de précieuses informations sur les techniques du passé, les échanges commerciaux et culturels et d'une certaine manière, sur les modes de vie. De surcroît, elles sont aujourd'hui toujours utilisées et dynamisent un secteur important sur le plan social et économique. Depuis longtemps, les spécialistes des sciences du passé de l'homme s'y sont intéressés, mais seuls, les formes et les décors, furent accessibles jusqu'à une époque récente. C'est surtout à partir des années 1980 que les méthodes physiques de micro-observation et de micro-analyse ont permis d'expliquer l'origine des couleurs des décors, de décrire les textures, de déterminer les compositions, de repérer des altérations. . . Ces données nouvelles sont en train de renouveler les connaissances sur les matériaux anciens. Notre travail de recherche est consacré à l'étude d'échantillons de céramique glaçurée utilitaire ou architecturale qui proviennent de différents pays de l'espace méditerranéen et sont attribuables à diverses cultures qui se distribuent dans le temps sur près d'un millénaire (IX' - XVIIe siècles). Nous nous sommes attaché tout particulièrement à décrire les textures, déterminer les compositions, rechercher une provenance ou des indices technologiques, interpréter un processus de dégradation. Au total, nous avons examiné de manière approfondie 109 échantillons et nous présentons les résultats sous forme de 12 opérations de recherche en fonction des problématiques spécifiques posées. Parmi les méthodes de recherche mises en oeuvre, nous avons beaucoup travaillé sur l'imagerie en cathodoluminescence (CL) et en microscopie électronique à balayage (MEB), couplée à l'analyse élémentaire par fluorescence X ; [etc. . . ]