Thèse soutenue

Maladies bactériennes chez les adultes infectés par le Virus de l'Immunodéficience Humaine en Côte d'Ivoire : essai thérapeutique Cotrimo-CI ANRS 059, étude de cohorte Cotrame ANRS 1203, Abidjan, 1995-2002

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Xavier Anglaret
Direction : Roger Salamon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et médicales. Épidémiologie et intervention en santé publique
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Bordeaux 2

Résumé

FR  |  
EN

Alors que le spectre de la morbidité liée au VIH en Afrique sub-saharienne comportait encore de nombreuses incertitudes, l'essai thérapeutique Cotrimo-CI ANRS 059 réalisé à Abidjan de 1996 à 1998 a montré que la prophylaxie par le cotrimoxazole débutée à un stade précoce d'immunodépression réduisait de moitié la morbidité sévère chez les adultes VIH+. Cette efficacité était principalement liée à un effet antibactérien, et la pathologie bactérienne se révélait à cette occasion être la première cause de morbidité sévère des adultes VIH+. Suite à ces résultats, une réunion d'experts convoquée par OMS/ONUSIDA a recommandé en 2000 que le cotrimoxazole soit systématiquement et précocement prescrit aux personnes VIH+ en Afrique. Ces recommandations sont encore l'objet d'un débat, centré sur les risques encore mal évalués de sélection de germes résistants. L'étude Cotrame ANRS 1203 suit actuellement sous cotrimoxazole les anciens participants à l'essai Cotrimo-CI. La morbidité bactérienne dans cette cohorte (détaillée ici par pathologie, par germe, par gravité, et par stades d'imunodépression), toujours fortement diminuée par le cotrimoxazole après un suivi médian de 2 ans, reste cependant la première cause identifiée de morbidité sévère. Une prise en charge syndromique adaptée à cette morbidité dans les centres de soins périphériques accueillant les premiers les personnes VIH+ pourrait permettre d'éviter une mortalité précoce, avant même les critères de début des traitements antirétroviraux. La polémique sur l'utilisation du placebo dans l'essai Cotrimo-CI animée par le quotidien Le Monde est l'occasion de revenir sur les règles éthiques des essais thérapeutiques. Le respect dû à l'être humain est un principe universel. L'universalité de l'éthique de la recherche sera effective lorsque les études actuellement majoritairement conçues par et pour les pays industrialisés intègreront dans leur réflexion la question de l'applicabilité de leurs résultats dans les autres pays.