Thèse soutenue

De l'ouvrier astreint au résident pavillonnaire : stratégies industrielles et transformations des modes de vie et d'habiter

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Najoua Dhib-Proréol
Direction : Georges Ravis-GiordaniAlain Hayot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Anthropologie
Date : Soutenance en 2002
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université d'Aix Marseille. Pôle Humanités, sciences humaines et sociales

Résumé

FR

Lavéra, fragment de territoire de la ville de Martigues, est un site industriel et une cité urbaine bâtis au rythme des usines BP et Naphtachimie. La gestion patronale de l'espace urbain et de la vie quotidienne des ouvriers a induit un mode de vie communautaire, basé sur l'articulation entre vie au travail et vie hors travail. Cette vie collective se fondait sur un même facteur : la reconnaissance partagée d'une identité ouvrière commune. A partir des années 70, un changement de stratégie industrielle sur l'espace s'opère. Ce dernier est marqué par le développement de l'accession à la propriété et le désengagement des industriels de la vie sociale et culturelle de la cité. En parallèle, des restructurations du mode de production ont eu lieu. Ces transformations ont généré une désagrégation des pratiques collectives au travail et dans la cité, induisant l'émergence d'un mode de vie " individualiste " tourné vers la famille nucléaire et l'isolement social. Ainsi, Lavéra est passé d'un lieu de vie où le quotidien des ouvriers se déroulait entièrement à l'extérieur de la maison dans l'enceinte de l'agglomération, à un lieu de résidence où la vie des habitants se déroule dans la maison individuelle et autour de la famille restreinte.