Thèse soutenue

Etude de l'absorption faible dans les collisions entre noyaux carbone et oxygene a des energies entre 5 et 10 mev par nucleon

FR
Auteur / Autrice : SUZANA SZILNER
Direction : Florent Haas
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Physique
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008)

Résumé

FR

L'interaction entre ions lourds est dominee par l'absorption forte qui conduit a la formation d'un noyau compose. Cependant dans certaines collisions entre ions lourds legers ou les noyaux en interaction sont a couches fermees ou semi-fermees, des phenomenes resonnants (a e 5 mev par nucleon) et refractifs (a e 10 mev par nucleon) ont ete observes. Ces phenomenes sont correles avec une absorption reduite et un nombre de voies de reaction ouvertes plus faible. L'observation d'effects refractifs tels que l'arc-en-ciel nucleaire et les oscillations d'airy associees, permet de determiner les potentiels optiques avec moins d'ambiguite et a des rayons d'interaction plus petits que dans les collisions entre ions lourds en general. Les effets refractifs ont ete etudies pour les systemes 1 6o+ 1 2c et 1 8o+ 1 2c a des energies de bombardement comprises entre 5 et 10 mev par nucleon. Les experiences ont ete realisees a l'accelerateur tandem vivitron de strasbourg. Les resultats obtenus ont ete compares a ceux publies precedemment par notre groupe sur les reactions 1 6o+ 1 6o et 1 2c+ 1 2c. L'evolution des effets refractifs en fonction de l'energie incidente et la correlation entre les phenomenes refractifs et le potential noyau-noyau a differentes energies et pour different systemes, sont presentees. Les distributions en masse des fragments, leurs spectres en q, leurs distributions angulaires, leurs sections efficaces integrees, les valeurs moyennes de l'energie et du spin transferes ont ete extraites pour plusieurs voies binaires inelastiques et de transfert. Toutes ces observables montrent que le mecanisme dominant de formation des fragment n'est pas celui du noyau compose, mais plutot celui de mise en orbite des noyaux en interaction.