Le syndrome de persistance des canaux de Müller : identification de mutations, effets moléculaires de mutations du récepteur de type II de l'AMH

par Liza Messika-Zeitoun

Thèse de doctorat en Endocrinologie et interactions cellulaires

Sous la direction de Jean-Yves Picard.

Soutenue en 2001

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté de médecine (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Micheline Misrahi.

Le jury était composé de Micheline Misrahi, Maguelone G. Forest, Denis Vivien, Stanislas Lyonnet, Nathalie Di Clemente-Besse.

Les rapporteurs étaient Maguelone G. Forest, Denis Vivien.


  • Résumé

    L'hormone anti-Müllérienne (AMH) appartient à la famille du Transforming Growth Factor β (TGFβ). Son rôle principal est d'entraîner, chez le fœtus mâle, la régression des canaux de Müller, ébauches de l'utérus et des trompes. Une déficience dans la voie de transduction de l'AMH cause une forme rare de pseudohermaphrodisme masculin caractérisée par une persistance des canaux de Müller (PMDS) chez des garçons normalement virilisés. Au début de ma thèse, le récepteur de type II était le seul élément connu de la voie de signalisation de l'AMH. On distingue deux formes de PMDS en fonction des taux d'AMH circulante estimés par dosage ELISA chez ces patients. Les patients dits « AMH négatif» ayant des taux d'AMH indétectables ou nuls ont généralement une anomalie du gène de l'AMH alors que pour les patients AMH positif» qui ont des taux d'AMR normaux, on suspecte une mutation du gène de son récepteur. La recherche systématique de mutations responsable du PMDS que nous avons effectué nous a permis de corréler les taux d'AMH sérique à des mutations des gènes de l'AMH ou de son récepteur. Nous avons également mis en évidence une délétion de 27pb au niveau du domaine kinase responsable de 25% des cas de PMDS et dont la détection aisée constitue maintenant la première étape de l'étude des patients« AMH positif». Nous avons ensuite réalisé une des premières études structure/fonction de mutations naturelles des récepteurs de la famille du TGFplus particulièrement l'étude de mutations analogue aux mutations dominante-négatives des récepteurs de la famille du TGFβ. L'une génère un récepteur tronqué de son domaine kinase et l'autre est une mutation faux-sens touchant un résidu clé du domaine kinase. La surexpression de ces récepteurs mutants entraîne un effet dominant-négatif in vitro sur deux gènes cibles de l'AMH. Cette étude dose-réponse nous a permis d'expliquer la discordance entre les effets de ces mutations in vivo et ceux obtenus in vitro.

  • Titre traduit

    The Persistant Müllerian Duct Syndrome : identification of mutations, molecular effects of mutations of the AMH type II receptor gene


  • Résumé

    The anti-Müllerian hormone (AMH) belongs to the Transforming Growth Factor β(TGFβ) family. In male fetuses, AMH is responsible for the early regression of Müllerian ducts, the anlagen of uterus and Fallopian tubes. A deficiency in the signaling pathway of AMH is responsible for a rare form of male pseudohermaphrodism characterized by a persistence of Müllerian ducts (PMDS) in males otherwise normally virilized. At the beginnig of my work, AMHR-II was the only known component ofthe AMH signalling pathway. Two forms of PMDS are distinguished by the level of circulating AMH, assessed by ELISA. « Negative AMH » patients with serum AMH low or undetectable generaly have a mutation in the AMH gene while « positive AMH » patients which present normal values of serum AMH have probably a mutation of AMHR-II. By systematic research of mutations causing PMDS, we have correlated_AMH serum concentration with mutations of the AMH or receptor gene. We have also find a 27bp deletion in the kinase domain wich accounts for 25% of PMDS cases and which easy detection is now the first step for the « positive AMH » patient's study. We have also realized one of the first functionnal study of natural mutations of receptors of the TGFβ family and more precisely the study of mutations similar to dominant-negative mutations of receptors of the TGF β family. One causing receptor truncation after the transmembrane domain and the other is a missense mutation in a key residu of the kinase domain. Overexpression of these mutant receptors exert a dominant-negative activity in vitro upon two AMH target genes. This dose-response study let us to explain this discrepancy between in vivo and in vitro results.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (122-[31] p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 87-122

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Saclay (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne). DIBISO. BU Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD/2001T051
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 3952

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2001PA11T051
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.