Thèse soutenue

Effets d'orbitale sur des systèmes de fermions fortement corrélés à basse dimension

FR
Auteur / Autrice : Torsten Becker
Direction : Marc F. Gabay
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Physique
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris 11

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Dans cette thèse nous étudions des effets d'orbitale sur les systèmes de fermions fortement corrélés à basse dimension; nous considérons plus spécifiquement deux modèles, à savoir la chaîne CuO et l'échelle CU2O5, représentatifs des modèles à plusieurs atomes ou molécules par maille unidimensionnelle. Pour le modèle de la chaîne CuO demi-remplie et faiblement dopée, nous obtenons des comportements distincts des fonctions de corrélation en fonction de la nature du site. Cette différence entre les comportements sur le site du cuivre et de l'oxygène change en fonction de la température, du gap de charge et du dopage. Nous déduisons de cette étude un scénario pour le déplacement de Knight K et pour le temps de relaxation T1 associés à des mesures de RMN. Ce scénario ressemble à ce qui est observé dans les supraconducteurs à haute température critique: le comportement en température des déplacements de Knight sur le cuivre et sur l'oxygène est identique, en revanche le comportement en température des temps de relaxation est distinct. Il s'agit d'un effet d'orbitale qui se produit dans le cadre de la théorie des liquides de Luttinger et de Luther-Emery et qui est impossible à déduire dans le contexte de la théorie d'un liquide de Fermi. Pour le modèle de l'échelle CU2O5, l'inclusion de la structure interne se traduit par un modèle bosonique effectif qui ne s'intègre pas dans la classe des échelles extensivement étudiées jusqu'à présent, du fait d'une asymétrie qui lève la dégénérescence des deux canaux 0 et pi au niveau des densités bosoniques. Dans la limite des faibles interactions locales nous établissons un diagramme de phase en fonction de l'asymétrie. Il met en évidence l'existence d'autres phases à coté de la phase habituelle de la supraconductivité de symétrie d.