Thèse soutenue

Facteurs de vulnerabilite genetique a l'alcoolo-dependance chez la femme

FR
Auteur / Autrice : Frédéric Limosin
Direction : Jean Adès
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences médicales
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

Alors qu'on assiste a des progres constants dans la decouverte de genes candidats, il semble primordial de mieux decrire le phenotype alcoolo-dependance chez la femme. Nous avons compare differentes caracteristiques cliniques et de personnalite chez des femmes et des hommes alcoolo-dependants, dans le but d'isoler certaines specificites phenotypiques. Nous avons egalement teste plusieurs polymorphismes de genes candidats, et tente d'identifier des facteurs intermediaires, en l'occurrence de personnalite. Sur le plan clinique, l'alcoolo-dependance chez la femme se caracterise par un age de debut plus tardif, moins de complications sociales, et une comorbidite plus frequente avec la depression majeure primaire, susceptible d'expliquer le nombre eleve de tentatives de suicide constate. En comparaison avec des sujets sains, nous avons retrouve, comme la majorite des etudes anterieures, une association entre la presence de l'allele a1 du gene codant pour le recepteur dopaminergique d2 et le diagnostic d'alcoolo-dependance chez les hommes. Cette association apparait sexe-specifique, puisqu'elle n'a pas ete retrouvee chez la femme. En revanche, la seule variable distinguant les sujets alcooliques portant l'allele a1, est retrouvee parmi les femmes et est la presence d'une depression majeure sur la vie entiere. Parmi les associations retrouvees entre les polymorphismes testes et les dimensions de personnalite, trois sont sexe-specifiques : association entre le polymorphisme ddel du gene codant pour le recepteur dopaminergique d1 et de plus hauts scores de recherche de sensations chez l'homme, et associations entre la presence de l'allele b1 du d2 et des scores plus eleves de dependance a la recompense et de perseverance chez la femme. Ces resultats, s'ils sont confirmes par des etudes ulterieures, pourraient etre determinants dans la meilleure comprehension de l'alcoolo-dependance chez la femme, ainsi que dans sa prise en charge therapeutique.