Thèse soutenue

Étude du "Meiko Zukan" : les écoles d'armuriers au Japon, du XVIe au milieu du XVIIIe siècle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Robert Burawoy
Direction : Flora Blanchon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art et archéologie
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris 4

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

En 1615, le Japon est unifié et restera en paix pendant 250 ans. Une conséquence en fut la diminution de la demande d'armures, et par conséquent une concurrence accrue entre les écoles d'armuriers. Au milieu du XVIIe siècle, une branche de l'une d'entre elles, les Myôchin, qui ne bénéficiait pas du patronage du gouvernement, s'invente une généalogie mythique faisant remonter leur lignée au IVe siècle. En devenant chef de famille en 1714, Myôchin Munemasa entreprend de compiler un recueil de dessins de pièces d'armures faites par ses ancêtres, en quelque sorte un volume d'illustrations de la généalogie. Il termine son ouvrage, le 'Meikô zukan', en 1732 et demande une préface à Matsumiya Kanzan, le meilleur expert en armures de l'époque. Le manuscrit original qui est perdu et que nous ne connaissons que par des copies ou copies de copies, n'a jamais été publié. Il a souvent servi de source d'illustrations aux traités modernes, mais n'a jamais été exploité. C'est la découverte d'une pièce illustrée qui a mené à la redécouverte d'un concepteur d'armures dont aucun traité ne mentionne l'existence depuis le 'Meiko zukan'. Si une seule page de ce manuscrit, qui en comporte près de mille, a permis une découverte originale, alors il m'a paru intéressant d'étudier tout le traité, en le rapprochant d'autres sources, tant littéraires qu'archéologiques. Le travail a porté tant sur le manuscrit lui-même, en particulier la datation des diverses parties qui le composent, que sur les informations que l'on pouvait en tirer.