Thèse soutenue

Du lieu commun à l'esprit public : François de Neufchâteau : essai de biographie intellectuelle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dominique Margairaz
Direction : Jean-Claude Perrot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Lettres et sciences humaines
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR

La biographie intellectuelle n'a pas pour objet une vie à écrire, mais une oeuvre à comprendre. Un premier chapitre s'applique à expliciter cet axiome et à mettre en place les concepts d'oeuvre, d'auteur, de configuration sociale et intellectuelle dans les relations réciproques qu'ils entretiennent et à délimiter les contours de l'oeuvre de François de Neufchâteau. A grands traits, l'analyse du corpus des oeuvres, qui couvre les années 1765-1827, permet d'identifier trois configurations majeures, qui coi͏̈ncident avec trois temps de l'histoire nationale: le champ littéraire avant la Révolution, le champ politique dans la décennie révolutionnaire, le champ savant à partir du Consulat. Trois âges, en somme, à l'enseigne de trois niveaux de discours: la rhétorique du bien dire, la rhétorique d'assemblée et de comités, la rhétorique savante de l'expert. Les chapitres deux à cinq examinent les modalités d'apparition d'une figure d'auteur, incarnée successivement dans celle du poète prodige, celle de l'avocat écrivain, celle, enfin, de l'homme de lettres. Les chapitres 6 à 13 explorent le devenir de l'oeuvre et les métamorphoses d'une posture d'auteur pendant la décennie révolutionnaire. Récit d'un passage, ils tentent de mettre en évidence les modalités de franchissement intellectuel des discontinuités historiques. Les chapitres 14 à 17 étudient les modalités de construction de l'oeuvre du Consulat à la Restauration. Production, circulation et réception s'organisent alors autour de deux institutions: la classe de langue et littérature de l'Institut national, qui redevient Académie française en 1815, d'une part; la Société d'agriculture du département de la Seine, de l'autre. On y suit l'académicien et l'agronome au travail, en essayant de mettre à jour les dynamiques individuelles et collectives qui rendent possible et légitiment l'investissement simultané dans deux champs, perçus pourtant désormais comme clairement distincts: celui de la littérature et celui de la science